• L'association Robin des Toits est spécialisée dans la lutte contre les aspects qu'elle juge dangereux du rayonnement électromagnétique et les implantations d'antennes-relais.  Par l'intermédiaire de son avocat, elle vient de saisir le Conseil d’état afin qu’il annule l’arrêté du 30 décembre 2019 fixant les modalités d’attribution des fréquences 5G. 

    Cette saisine repose en grande partie sur l’analyse de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) selon laquelle, à ce jour, il existe  « un manque important voire une absence de données relatives aux effets biologiques et sanitaires potentiels » de la 5G, directement liés à l’exposition aux fréquences autour de 3,5GHz.
     
    Cet arrêté prévoit certes que l’exploitation de la 5G devra se faire dans le respect des valeurs limites d’exposition aux ondes imposées par un décret du 3 mai 2002, déjà objet d'une requête en mai 2016 de Robin des Toits auprès du Conseil d’État. Or, ces valeurs ont été arrêtées il y a près de 20 ans sans évidemment envisager l’existence de la 5G et ses spécificités techniques. Elles n’ont donc pas la moindre pertinence scientifique à son égard.

     


  • Reporterre quotidien indépendant, géré par une association à but non lucratif, produit quotidiennement des articles, enquêtes et reportages sur la crise environnementale et sociale.

     

    Extrait de l'article de Laury-Anne Cholez paru le 25 février 2020   

    " Face à l’absence d’évaluations sanitaires sur la 5G, les experts sont divisés. Les plus prudents réclament un moratoire, afin de donner du temps à la recherche scientifique. Mais la santé du grand public ne pèse pas lourd face au rouleau compresseur de l’innovation.

    Cet article est le sixième et dernier volet d’une enquête que Reporterre consacre à la technologie du réseau sans fil de cinquième génération, ou 5G.

    Le premier volet : « Plongée dans l’univers de la 5G : merveille ou cauchemar ? ».

    Le deuxième : « La 5G, des fréquences, des antennes et des craintes ».

    Le troisième : « La 5G, pactole ou fantasme économique ? ».

    Le quatrième : « Avec la 5G, demain, tous surveillés ».

    Le cinquième : « La 5G ignore les enjeux écologiques ».

    ... "

     

    Pour accéder au sixième volet, cliquer sur l'image

     

    Reporterre >>>   La 5G se déploie alors que ses effets sur la santé ne sont pas évalués


  • Émission "La Quotidienne" du 24 février 2020

    Intervention de nos collègues de " RESISTANCE 5G Nantes ", ardents défenseurs de la lutte contre les ondes artificielles. Membres très actifs du Réseau national anti-Linky, ils sont souvent à l'origine d'actions ou de communiqués percutants.

     

    Extrait

    " Les opérateurs Orange et SFR ont notamment choisi Nantes pour expérimenter la 5G. Une nouvelle technologie qui doit permettre d’échanger des contenus et des données dix fois plus rapidement que le réseau 4G. Un développement qui inquiète. Une association a même été créée à Nantes en novembre dernier pour interpeller les autorités et la population…"

     

    Pour accéder à l'émission, cliquer sur l'image


  • Interview d’Annie Sasco, médecin épidémiologiste du cancer et ancienne directrice d’unité au centre international de recherche sur le cancer.

     

    Extrait de l'article de Raphaël Brun paru le 17 juillet 2019

    "...certains estiment que l’être humain sera capable de s’adapter à la 5G ?

    Le fond du problème, c’est que l’être humain et les autres espèces sont capables de s’adapter à des expositions toxiques diverses, d’autant mieux que les expositions sont à faibles doses et continues. Mais même s’il y a une adaptation, elle se fait au fil des générations. L’être humain ne s’adaptera pas en 25 ans. Alors, peut-être que les insectes vont s’adapter. Notamment les araignées, qui sont particulièrement résistantes, au point de pouvoir résister à une catastrophe nucléaire...."

     

    Pour accéder à l'article, cliquer sur l'image

    Monaco Hebdo >> Annie Sasco tire la sonnette d'alarme à propos de la 5G


  • Interview du 6 décembre 2018

    Extrait

    "La 5G risquée ? Annie Sasco, médecin épidémiologiste du cancer, alerte sur les conséquences dangereuses du déploiement de la 5G pour la santé humaine et l'environnement. Pour elle il y a une rétention d'information mais le risque de tumeur du cerveau est accru. Le DR Annie Sasco était l'invitée de TV5mondeEnvironnement..."

     

    Pour voir la vidéo, cliquer sur l'image

     

    TV5 Monde Environnement  >>  Annie Sasco parle des risques de la 5G