• Une douzaine d'associations sensibles à la cause des EHS s'est mobilisée pour signer ce document de mise en œuvre d’un dispositif sanitaire et social dédié au soin, à la protection et à l'accompagnement des personnes qui doivent vivre ce handicap au quotidien.

    Pour votre information, la version de travail que nous vous proposons ici n'est pas encore finalisée, des signataires vont s'y ajouter. Le document sera mis à jour dès que disponible.

     

    Source : Patrice Goyaud / Robin des Toits 

    Extrait

     "Le plan national d’assistance aux personnes atteintes d’électro-hyper-sensibilité (P.A.P.E) concerne potentiellement 3,5 millions de personnes, selon les dernières estimations réalisées par l’ANSES en 2018.

    La population présentant les symptômes de l’EHS est diverse : elle regroupe des personnes présentant une simple sensibilité aux champs électro-magnétiques comme des personnes plus gravement atteintes, qui souffrent d’intolérance et qui endurent de ce fait une véritable torture quotidienne dans l’anonymat et l’isolement.

    La diversité des profils de malades doit donc conduire à une prise en charge différenciée, qui va de la prévention à la prise en charge des personnes les plus atteintes. La mise en place d’un dispositif national de prise en charge de ces malades environnementaux d’un type nouveau repose sur deux principes : la nécessité de leur porter secours et de les protéger compte tenu de l’urgence de la situation et le besoin de les soigner et de veiller à leur insertion sanitaire et sociale. Pour respecter ces deux principes, le P.A.P.E s’appuie sur cinq axes, détaillés en quinze mesures."

     

     

    Si le document ne s'affiche pas, cliquer sur la touche F5 de votre clavier

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Vous trouverez son article dans la nouvelle rubrique de site ci-dessous

     

    Patrice Goyaud analyse les causes de la surfacturation Linky

     


  • Dans son éditorial du 16 mai 2021 titré "Boycott de la 5G pour les usages domestiques, la partie émergée de l’iceberg", Patrice Goyaud  ouvre le débat sur l'utilisation de la 5G dans un but de "surveillance et de contrôle". Quand la science appliquée se trouve "dévoyée par l’ultralibéralisme", qui va rester le garde-fou de nos libertés?

     

    Extrait ( Source Robin des Toits )

    " Renoncer à utiliser cette technologie pour le particulier représente bien sûr un geste important pour la planète et l’humanité, car la 5G peut symboliser un pas supplémentaire vers l’inhumanité. Mais est-ce encore une fois à ce particulier de porter tout le poids de la résistance et l’inacceptation de cette technologie mortifère?

    Les projections statistiques mettent en évidence que la part des usages domestiques pour l’utilisation de la 5G se situera dans une fourchette de 10 à 20% seulement.

    Car, contrairement à la publicité commerciale et à la propagande officielle, c’est bien l’industrie, les militaires et les pouvoirs politiques qui vont profiter pleinement de cette technologie.

    Si 70% du trafic de données en 4G étaient dus à la vidéo en ligne, pour la 5G, ce sont les systèmes de surveillance et de contrôle qui vont revendiquer ce chiffre.

    Qui a besoin de recueillir ces données issues des équipements connectés de pistage et de contrôle ?
    Qui a décidé de robotiser les chaines de production afin de remplacer l’humain par des machines connectées ?
    Qui a décidé que chaque humain sera traçable et tracé par ses propres objets connectés via la 5G ?
    Qui a décidé que les citoyens imposables vont financer le déploiement de la 5G afin de permettre aux dirigeants et aux militaires d’avoir une formidable infrastructure numérique, apte au contrôle absolu sur tout, et aux militaires d’avoir un formidable outil gratuit pour leurs opérations et applications ? "

     

    Pour accéder à l'article, cliquer sur le lien : Éditorial du 16 mai par Patrice Goyaud

     


  • Dans son éditorial du 3 juin 2021, Jean Jacques Tordjman, président de l'association Robin des Toits nous parle du Linky:

    "Voilà quelque 5 années que nous, comme d’autres associations et collectifs, répétons en boucle que ni le compteur ni son installation ne sont gratuits.
     
    Mais certains ont préféré écouter les sirènes d’entreprises éminemment vénales qui prétendaient servir le public, plutôt que les affirmations fondées d’associations et collectifs sans but lucratif.
    Certains ont préféré croire les affabulations de techniciens aux compétences discutables, les inventions de sous-traitants aux intentions douteuses qui péroraient avec suffisance que c’était gratuit, que les abonnés n’auraient rien à payer, qu’Enedis dans son infinie bonté allait prendre en charge l’intégralité de ces dépenses.
    Jusqu’à en oublier voire nier qu’en ce bas monde rien, absolument rien, n’est gratuit.

    ..." 

     

    Pour lire la suite, cliquer sur le lien Editorial du 3 juin 2021 par J.J. Tordjman


  • Le 31 mai 2021, un article du journal Le Parisien titrait:

    " Factures d’électricité : les usagers devront bel et bien rembourser leur compteur Linky

    Alors que le compteur communiquant équipe déjà 32 millions de foyers, les particuliers vont commencer à le rembourser dès l’an prochain. Les pouvoirs publics avaient pourtant affirmé qu’il ne leur coûterait pas un centime."

     

    Face à cette "révélation fracassante", Stephane Lhomme a tenu à préciser les choses dans ce communiqué du 3 juin 2021.

     

    Si le document ne s'affiche pas , cliquer sur la touche F5 de votre clavier






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires