• Le quotidien indépendant de l'écologie Reporterre détaille, dans un article de Guillaume Dupuis, l'impact énergétique de la 5G et de son cortège d’objets connectés.

     

    Extrait:

    " Selon le Shift project(*), la consommation énergétique de l’industrie numérique affiche une augmentation annuelle de 9 %, la plus forte augmentation de tous les secteurs industriels. En poursuivant cette tendance, il suffit de huit ans pour que la consommation double. Les émissions de gaz à effet de serre du numérique suivent cette tendance et augmentent de 8 % par an. La fabrication des objets du numérique (des smartphones aux antennes) pèse pour près de la moitié de la consommation globale, le reste se répartissant entre l’alimentation des réseaux, le fonctionnement des DataCenters et l’utilisation des terminaux.

    Avec le déploiement de la 5G et la révolution 4.0, toutes ces consommations vont exploser. En effet le Livre blanc de la 5G évoque une densité d’un million d’objets connectés par km² d’aire urbaine en 2025, soit 120 milliards sur le territoire français. Le groupe Ericsson avance l’hypothèse plus réaliste mais néanmoins vertigineuse de 22,3 milliards d’objets connectés sur la planète en 2024, selon Gauthier Roussilhe."

    (*) Nota: The Shift Project est un groupe de réflexion qui œuvre en faveur d’une économie libérée de la contrainte carbone. Association loi 1901 guidée par l’exigence de la rigueur scientifique, il s'est donné pour vocation d’éclairer et influencer le débat sur la transition énergétique en Europe.

     

    Pour lire l'article, cliquez sur l'image

    Reporterre >> La 5G, un gouffre énergétique programmé


  • Dans son Blog Mediapart, Dominique G Boullier, professeur des universités en sociologie Sciences Po Paris, proposait en juillet un débat à propos de la 5G sur 6 arguments à égale importance: la santé, l'environnement, la souveraineté, les territoires, l'utilité sociale, la sécurité. Son billet est toujours d'actualité.

    Extrait:

    " ...Tous ces objectifs se tiennent ensemble. Un développement responsable de la technologie se traite sur tous ses aspects. Un moratoire permet seul d’organiser un débat sur tous ces thèmes à la fois. Si l’Europe avait subi la pression de la Chine, des USA ou des plates-formes commerciales pour édifier sa doctrine en matière de données personnelles, le RGPD (règlement général sur la protection des données) n’aurait jamais vu le jour.

    Or, ce qui a pu être perçu comme une menace pour le business au début est devenu au contraire un modèle mondial pour générer de la confiance dans toute la chaine de valeur. Au court-termisme de ceux qui veulent privilégier leur business actuel, il faut préférer une vision du bien commun de longue durée, soutenable dans tous les domaines qui créera les conditions d’une convention stable pour d’autres types de projets, d’innovation et d’affaires.

    La 5G constitue cette occasion à condition de refuser l’urgence de décisions purement commerciales ou justifiées par de mauvaises raisons de budget (ce que les enchères vont rapporter à L’État) à une époque où toutes les cartes des déficits et de la dette sont revisitées.

    La démocratie technique qui restitue les choix politiques des infrastructures aux citoyens est la condition d’une transition écologique crédible, qui soit responsable sur les 6 points que j’ai présentés et non réduite à de simples « conséquences environnementales »...".

     

    Pour accéder à l'article du blog, cliquer sur l'image

    Mediapart >> 5G: 6 arguments pour un moratoire stratégique

     


  • Evgeny Morozov, "chercheur et écrivain américain, spécialiste des implications politiques et sociales du progrès technique et du numérique,  exprime un certain scepticisme à l’encontre des technologies numériques. Son œuvre participe à la déconstruction d’une pensée enthousiaste qui prête aux technologies numériques un caractère positif sans en extraire les possibles déterminismes et biais qui les composent parfois" (source Wikipedia).

    Dans cet article, il décortique la guerre qui fait rage entre la Chine et les États-Unis pour garder la souveraineté technologique en matière de réseau et autres applications numériques.

    Extrait:

    "... En 1994, alors que Huawei n’est encore qu’un petit vendeur de commutateurs téléphoniques, son fondateur, M. Ren Zhengfei, s’entretient avec le président chinois de l’époque, M. Jiang Zemin. Cet ancien ingénieur de l’armée reconverti dans l’électronique grand public joue la carte patriotique : «Les télécommunications sont une affaire de sécurité nationale. Pour une nation, ne pas posséder ses propres équipements dans ce domaine, c’est comme ne pas avoir d’armée .» Ce sage précepte a finalement été adopté par d’autres pays, États-Unis en tête. Ironie de l’histoire, ce sont eux aujourd’hui qui voient dans Huawei et son emprise sur la technologie de la 5G une menace pour leur sécurité nationale..."

     

    Pour lire l'article, cliquer sur l'image


  • Les onze blocs de fréquences 5G mis en vente fin septembre vont rapporter à l’État Français prés de 2,8 milliards d'euros. L'espérance de vie sur notre planète se brade à cout de milliards!

    En 2018, le montant des enchères 5G s'est élevé à 6,5 milliards d'euros pour l'Italie.

    En 2019, l'Allemagne a obtenu 6,55 milliards d'euros pour l'attribution de ses fréquences 5G.

    Rien n'arrête la machine 5G et on le déplore. Ni les demandes de moratoires des élus ni les risques exposés par les lanceurs d'alertes, ni les inquiétudes relayées par une partie de l'opinion publique n'ont ému nos dirigeants.

    Le calendrier de déploiement prévoie l'ouverture commerciale des premiers services 5G en fin d'année.

    Plusieurs villes françaises devront proposer la 5G en 2021.

    En 2022, 3000 sites devront avoir été déployés par chaque opérateur, 8000 sites en 2024.

    Dans 5 ans, l’accès à la 5G devra être possible pour deux tiers de la population.

    Et en 2030, tout le territoire aura été couvert. (source Numerama)

    Pour mémoire, "la première génération de téléphonie mobile permettait de passer des appels, la 2G d'y ajouter du texte, la 3G de commencer à envoyer des images et la 4G de développer l'internet mobile et les usages vidéo. A terme, la 5G doit accélérer les débits et connecter tout ce qui ne l'est pas actuellement."(source Ouest France).

    Et ce n'est pas fini. Dans un livre blanc paru en juillet 2020, le géant coréen Samsung livre sa vision de la 6G, à l'horizon de 2028, avec un débit 50 fois supérieur à celui de la 5G (source Usine Nouvelle). La machine s’emballe. Quand va t elle s'enrayer?

     

    Le portail d'information sur l'environnement et les sciences de la Terre notre-planete.info a publié le 11 octobre un article argumenté sur les enjeux de la 5G:   

    Extrait: "Dans quelques mois, la cinquième génération (5G) des standards pour la téléphonie mobile doit compléter puis remplacer progressivement la 4G actuelle. En plus des enjeux éthiques que pose l'arrivée de la 5G, notamment sur la cybersécurité ou le stockage et la protection des données privées, les possibles enjeux sanitaires évoqués sont tout aussi inquiétants...

    ...Impossible pour le moment de se prononcer formellement sur la dangerosité potentielle de la 5G sur la santé. Un recul de dix ans minimum paraît indispensable pour y voir plus clair sur la question..."

     

    Pour lire la suite, cliquer sur l'image

    10 ans pour finaliser le réseau 5G et toujours pas de bilan sanitaire sur cette technologie!