• L' ARTAC ( association indépendante de médecins et de chercheurs, spécialisée dans l’étude biologique, thérapeutique et clinique des cancers ) vient de publier un article scientifique intitulé " L’électrohypersensibilité en tant qu’affection neurologique nouvellement identifiée et caractérisée : comment en faire le diagnostic, la traiter et la prévenir " dont les auteurs sont Dominique Belpomme et Philippe Irigaray.

     

    Extrait:

     "En résumé, nous avons montré qu’il existe actuellement suffisamment de preuves cliniques, biologiques et radiologiques pour que l’EHS soit reconnue comme une pathologie neurologique objectivement identifiée et caractérisée. En conséquence, les patients souffrant d’EHS devraient être diagnostiqués et traités sur la base des tests biologiques actuellement disponibles, y compris donc grâce à la détection de biomarqueurs périphérique dans le sang et dans les urines, et à l’utilisation de techniques d’imagerie médicale telles que l’IRMf, le TDU, et, lorsque cela est possible, l’UCTS"

     

    Pour accéder au document (29 pages), cliquer sur le communiqué

        Merci au COLLECTIF STOP LINKY COMTAT VENTOUX qui a diffusé cette information


  • Dans ce courrier adressé aux Agences Régionales de Santé (ARS), l'association Robin des Toits sensibilise ces organismes sur la situation des patients électro-hypersensibles (ou EHS) lorsqu’ils sont accueillis dans les hôpitaux ou centres de santé.

     

    Source ARS

    "Les agences régionales de santé sont des établissements publics, autonomes moralement et financièrement, placés sous la tutelle des ministères chargés des affaires sociales et de la santé et chargées du pilotage régional du système de santé. Elles définissent et mettent en œuvre la politique de santé en région, au plus près des besoins de la population."

     

    Si le document ne s'affiche pas, cliquer sur la touche F5 de votre clavier


  • Article paru dans Le Télégramme (Région Bretagne) le 15/12/2019

    Extrait:

    " Danièle Bovin déposera, ce mercredi 18 décembre, au tribunal de Lorient, au nom d’un collectif, une plainte contre Enedis pour l’installation d’un compteur Linky. Elle est électrosensible au point de vivre dans une caravane en bordure de forêt de Pont-Calleck.

    ....

    Depuis le 13 octobre, elle vit dans une caravane, sur un parking, en bordure de la forêt de Pont-Calleck, sur la commune de Berné. Une zone blanche comme Danièle en rêve, le confort en moins. Pas de chauffage, pas de douche, encore moins de toilettes mais, ici, la sexagénaire n’est pas atteinte pas les ondes. Photo à l’appui, Danièle Bovin témoigne de ses maux au contact du wifi ou de la 4G : hémorragies conjonctivales, cloque de lymphe pour les yeux, arythmie et extrasystolie pour le cœur, maux de tête, de dents, problèmes articulaires, « une torture », qualifie-t-elle.

    C’est après l’installation de boîtiers CPL dans sa maison de Lanester qu’elle constate les premiers symptômes. « Je ne dormais plus, j’avais des problèmes articulaires. Moi qui étais sportive et active, je restais couchée dans le canapé ». "

     

    Pour accéder à l'article, cliquer sur l'image

    Le Télégramme >>>>>    Danièle Bovin, une vie loin des ondes


  • Article publié le 8 mai 2019 par Patrice Goyaud, Physicien et Ingénieur retraité de EDF/RTE

    Parmi les sujets traités

    . Comment le CPL Linky peut-il rayonner à l'équivalent d'une radiofréquence ?

    . Pertinence des mesures officielles d'exposition, rapportées aux normes actuelles ?

    . Diagnostiquer et reconnaitre l'EHS

    . Dernières décisions de justice en faveur des EHS

    . etc..

    Lire la suite...


  • Nous ne sommes pas tous génétiquement égaux face aux effets des rayonnements non ionisants.  Certaines personnes dites électro hypersensibles (EHS) peuvent déclencher un Syndrome d’Intolérance aux Champs Électromagnétiques.  Et ce grave problème ne semble  pas vraiment émouvoir les pouvoirs publics alors que ces personnes sont en véritable souffrance !


     

    Lire la suite...